0 892 492 555 (0.80€/mn)

Pour ceux qui seraient tentés de céder aux charmes de la Bourse, le cas de NATIXIS peut donner à réfléchir.

Introduite à l’époque de son entrée en Bourse en 2006 à 19.55 € et vendue comme valeur sure par son réseau bancaire, Les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne, ladite valeur a fait l’objet d’une OPA de retrait pour… 4 €.

Et les actionnaires minoritaires, soit dans le cas présent, 29.3% du capital devenant sans doute un peu trop remuant (et on les comprend), le groupe BPCE a décidé de retirer de la cote sa filiale d’investissement.

Une variante française des emprunts russes qui va conduire à la spoliation de millions d’épargnants.

Le plus cocasse (au second degré) est que le montant proposé ne peut pas faire l’objet d’un refus de la part des actionnaires sauf ceux, en fait personne, détenant plus de 10% du capital.

Dans les faits, il s’agit d’une expropriation pure et simple et, à vil prix, permise par le Code Monétaire et Financier qui précise que la mise en œuvre du retrait d’une valeur peut avoir un caractère obligatoire et s’imposer aux actionnaires détenant moins de 10% du capital.

Bref, le capitalisme version Dallas et son univers impitoyable.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Gardons le contact. Inscrivez-vous à la Newsletter de France Conso Banque

    Bénéficiez de la médiation et de l’assistance de France Conso Banque

    Appelez notre ligne spécialisée

    0 892 492 555

     

    0.80€ / min

    du lundi au vendredi de 8h à 20h, et le samedi de 8h à 13h,
    Ou adhérez à notre association pour bénéficier de tous nos services.