0 892 492 555 (0.80€/mn)

Florent ROBERT, Co-Fondateur de l’assistant virtuel Hi Bruno

Une interview exclusive de Meriem JAMMALI

 

Pour beaucoup, l’épargne n’est pas forcément un geste naturel, surtout dans le cadre d’un « système » qui aurait plutôt tendance à pousser à l’hyper consommation. Pour remédier à cette situation, certaines « Fintechs » (pour Financière Technologique) proposent des solutions d’épargne automatiques basées sur l’analyse de vos flux bancaires faite par une intelligence artificielle. Le but « in fine » étant de se constituer une épargne indolore…

Sur ce nouveau marché se sont lancées plusieurs entreprises agréées en tant que mandataires en opérations de banques dont les dépôts sont obligatoirement cantonnés – tant pour des raisons légales que pour assurer la sécurité des dépôts – dans une « vraie » banque ayant pignon sur rue.

HI BRUNO fait partie de ces nouveaux intervenants. Créée en 2018, cette « Fintech » revendique environ 75 000 clients avec pour cibles soit des particuliers, soit des entreprises qui peuvent souscrire aux services de HI BRUNO pour le compte de leurs salariés.

Florent ROBERT, co-fondateur de HI BRUNO a ainsi répondu aux questions de France Conso Banque.

 

FCB : En quoi consistent les services offerts par BRUNO et comment fonctionnent-ils ?

 

Florent ROBERT : Bruno est un assistant virtuel créé en 2018. Il permet de mettre de l’argent de côté. Il s’agit en fait d’un système de micro-épargne. Une fois par semaine, Bruno se connecte à votre compte bancaire et calcule, grâce à un algorithme, le montant à mettre de côté.

Aujourd’hui, nous avons notre application disponible à la fois sur IOS et Android.

La solution BRUNO est une façon indolore d’épargner. Ainsi, l’épargnant peut faire face à une facture imprévue ou un « accident de la vie ».

 

FCB : Quels sont les coûts de l’abonnement BRUNO ?

 

Florent ROBERT : L’abonnement Bruno coûte 2,99 € par mois. Aucun frais caché. L’abonnement donne accès au compte Bruno avec une « tirelire » et une épargne automatique. Il donne accès au salaire avec alertes intelligentes, des transferts instantanés et des dépôts gratuits.

 

FCB : En quoi Bruno est-il différent des comptes d’épargne comme le livret A ?

 

Florent ROBERT : La plupart des gens mettent en place un virement automatique entre leur compte courant et leur compte d’épargne. C’est bien. Mais, cela ne fonctionne toujours pas très bien. De plus, le client a tendance à sous-dimensionner ou sur-dimensionner le virement qu’il pourrait mettre de côté. Ou bien, le virement automatique peut mettre en difficulté le compte bancaire en cas d’insuffisance de fonds.

L’intérêt de l’assistant Bruno, c’est qu’il analyse votre compte courant et détecte le montant à mettre de côté en fonction de l’évolution du compte grâce à l’intelligence artificielle. L’utilisateur n’a rien à faire. L’opération est complètement automatique.

Actuellement, le montant maximum d’épargne est de 1 000 €, mais il sera de 5 000 € prochainement. Au-delà de ces deux plafonds, nous invitons les utilisateurs à transférer les fonds vers un compte d’épargne classique.

 

FCB : comment Bruno traque-t-il les découverts bancaires ?

 

Florent ROBERT : Ce sont des alertes intelligentes. Dès que Bruno détecte une éventuelle difficulté sur le compte, il anticipe en envoyant une notification à l’utilisateur l’informant des incidents à prévenir sur son compte et lui rappelle également le montant de l’épargne disponible et la possibilité de retirer cette somme à tout moment.

 

FCB : Votre solution s’adresse aux particuliers et aux entreprises, parlez-nous de vos offres pro ?

 

Florent ROBERT : Le prix de l’abonnement peut être une barrière pour certaines personnes, c’est pour cette raison que nous avons construit une offre pour les entreprises qui emploient des profils à faibles salaires. Les difficultés financières touchent beaucoup de monde et peuvent affecter le bon fonctionnement d’une entreprise : mal-être au travail, absentéisme, etc. La santé financière des employés étant au cœur des préoccupations des chefs d’entreprises prévoyants, la valeur ajoutée de Bruno est de faire payer directement les frais d’abonnement à l’employeur qui doit s’acquitter d’un montant par salarié et par mois. Le prix dépend des fonctionnalités choisies.

Avec le salaire à la demande, un employé peut toucher une partie de son salaire avant la fin du mois quand il le souhaite.

Le principe est le même que celui de mettre de l’argent de côté. Le salarié va voir son salaire disponible dans l’application et va pouvoir le retirer. Le virement se fait instantanément.

Prenons un exemple : vous êtes salarié, vous vous rendez compte que vous avez une facture d’un montant de 143 € en faisant vos courses, mais il vous manque 43 € et vous avez peur d’avoir des agios. Vous pouvez retirer une partie de votre salaire directement depuis l’application grâce au salaire à la demande.

Avec la crise financière liée à la crise sanitaire et les difficultés des fins de mois, c’est un avantage salarial que de plus en plus d’entreprises considèrent offrir à leurs employés.

 

FCB : Avez-vous remarqué une hausse des montants épargnés pendant le confinement ?

 

Florent ROBERT : Pas spécialement. Sur certains profils, à l’instar des intérimaires, les fins de mois étaient très difficiles.


 Notre avis :

Les +

  • Système automatique
  • Epargne indolore
  • Rémunération du support plutôt attractive

Les –

  • Service payant, pas de solution gratuite
  • Réactivité du service client
  • Pas de couplage avec une solution « micro crédit ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gardons le contact. Inscrivez-vous à la Newsletter de France Conso Banque

Bénéficiez de la médiation et de l’assistance de France Conso Banque

Appelez notre ligne spécialisée

0 892 492 555

 

0.80€ / min

du lundi au vendredi de 8h à 20h, et le samedi de 8h à 13h,
Ou adhérez à notre association pour bénéficier de tous nos services.