0 892 492 555 (0.80€/mn)

Libre tribune du Docteur L.DALI

“ Par ces temps de catastrophe sanitaire mondiale qui survient comme pour aggraver, par ses répercussions présentes et à venir, les difficultés psychologiques et matérielles, sous le poids desquelles croulent de larges populations de par le monde, l’espérance semble devenir synonyme de mauvais goût et d’inconséquence, eu égard à la teneur des problèmes de la réalité du moment.

Ce que d’aucuns nommaient “crise économique”, avant la catastrophe sanitaire, semble devoir porter désormais, à l’image de la pandémie de dépression mentale, le nom de dépression économique grave. Dépression économique, récession, peu importe en vérité l’appellation, du moment que, comme par une fatalité de la modernité, ce seront encore une fois les banques et institutions financières qui seules donneront la mesure, décrèteront les lois de la survie financière, économique, mais aussi réelle et effective des hommes et des femmes.

L’endettement des foyers et des particuliers était déjà, avant cette catastrophe sanitaire et économique, le cauchemar par excellence des emprunteurs, l’instauration du « confinement » ne fait que le remettre au premier plan des hantises et autres ruminations dépressives de larges couches de populations converties à la sainte loi du marché roi, et de la consommation sans retenue.

Le chômage et chômage partiel, la cessation des activités économiques imposée par le confinement, venant aggraver la situation financière, déjà précaire, de nombreux foyers, les conséquences familiales et sociales ne peuvent qu’être encore plus dramatiques.

Le rapport créancier / débiteur n’ayant jamais été un rapport à armes égales, les premiers bénéficiant d’un arsenal juridique impressionnant, qui garantit leur immunité, continueront à dicter la loi, sans considération pour la situation réelle des seconds, dont l’isolement social aggravé est source de sentiment de culpabilité, de dépréciation de soi, de ruminations dépressives et par là aussi de tensions familiales qui ne font que majorer et pérenniser un sentiment d’inquiétude déjà lourd à porter et entamer les capacités de résistance, l’immunité des chairs et les conséquences sur la santé physique et mentale qui en découlent.

Remède ?

Le tableau, le pronostic ainsi présenté est certes sombre, mais le désespoir appelle son contraire, lequel n’arrive que par la résistance active, la recherche de solutions pragmatiques et effectives afin de surmonter les situations critiques.

En tant que praticien, ma contribution vaut ce qu’elle vaut pour aider les patients en situation financière fragile à supporter le fardeau du quotidien, mais depuis que j’ai découvert France Conso Banque, il m’arrive régulièrement de conseiller aux patients en difficulté le recours à l’association pour une défense plus concrète, plus effective de leurs droits de consommateurs et d’emprunteurs.

Je leur dis : défendez-vous ! Soyez acteurs de vos difficultés ! »

Conclusion

La question posée nous invite à nous rendre compte que la souffrance silencieuse des usagers des banques est un problème de santé publique et que personne n’en parle.

La meilleure thérapie est de connaître ses droits et d’oser en parler. A notre niveau, l’Association France Conso Banque n’a jamais cessé d’écouter, de soutenir et de défendre les droits de ses adhérents.

Notre avis

Un point de vue original apporté sur un sujet peu ou pas abordé par nos soins. L’occasion de rappeler que cette tribune appartient à tous ceux qui sont prêts à sortir des sentiers battus pour exposer leur point de vue.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gardons le contact. Inscrivez-vous à la Newsletter de France Conso Banque

Bénéficiez de la médiation et de l’assistance de France Conso Banque

Appelez notre ligne spécialisée

0 892 492 555

 

0.80€ / min

du lundi au vendredi de 8h à 20h, et le samedi de 8h à 13h,
Ou adhérez à notre association pour bénéficier de tous nos services.