0 892 492 555 (0.80€/mn)

Le coin des litiges

Suractivité chronique pour le service des litiges qui n’a pas manqué de travail ces derniers mois.

Toujours autant de litiges en matière de fraudes bancaires qui ont définitivement détrôné les litiges en matière de commissions bancaires.

A noter le développement de nouveaux litiges à l’avenir prometteur si on peut s’exprimer ainsi :

  • Placements « Madelin » et « Perp » (voir notre article sur le sujet),

  • Prêts in fine : mal calibrés, ils ont tendance à finir en franche « cata » pour leurs souscripteurs qui n’arrivent pas à les rembourser du fait de l’existence d’un trop grand « gap » entre le capital accumulé par le placement initial et le solde du prêt. Résultat, il faut faire, dans le meilleur des cas, un nouvel emprunt pour rembourser le solde du 1er !

Et le mot de la fin pour quelques-uns de nos adhérents :

  • De la part de Monsieur Alain D. de Courbevoie :

Bonjour,

Je tiens à vous tenir informé que le Crédit Agricole nous a remboursé des sommes dérobées et je tenais à vous remercier de vos services et support dans cette négociation avec la Banque.

Je recommanderai votre association auprès de mes connaissances.

En vous remerciant encore pour vos services et support.

  • De la part de Mme Claude R. de St-Genis-Laval (69) :

Je tiens à remercier l’ensemble du service qui a permis le remboursement par le CIC de mon voyage empêché du fait de mon hospitalisation en avril 2019.

J’ai été crédité à ma banque le 1er octobre 2019 de la somme de 768, 75 €.

Donc, merci encore. Bonne journée.

Toujours autant de litiges en matière de paiement frauduleux surtout en matière de carte bancaire.

Grace à l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, on sait que le nombre de ménages concernés a doublé en 6 ans pour atteindre en 2016, 1.2 millions.

Malgré (ou à cause de) ce déluge de fraudes, les banques sont « droites dans leurs bottes » : il n’y a, selon elles, pas de fraudes et s’il y en a, c’est dû à la négligence de leurs clients. Ben voyons !

Les banques ont donc tendance à trainer des pieds pour vous rembourser et ont la fâcheuse tendance à vous balader.

1ère technique : vous obliger à porter plainte. Cela parait logique mais ce n’est plus obligatoire depuis plusieurs années ! Certains services de police refusent en conséquence de prendre en compte les plaintes. Logique puisque ce n’est plus obligatoire mais également kafkaïen pour les personnes concernées.

2ème technique : on vous oriente vers le médiateur de la banque. Cela ne sert strictement à rien sinon à perdre du temps, le médiateur confirmant, selon nous dans l’immense majorité des cas, la position de ses estimés collègues.

3ème technique : la plus perverse, on vous fait remplir un questionnaire dont la seule finalité est de démontrer que vous êtes une personne négligente en matière de sécurité informatique avec des questions du style « avez-vous un antivirus sur votre portable ? ». Inutile de dire (mais cela va peut-être mieux en le disant) qu’il ne faut pas remplir ce type de questionnaire piègeux.

J’adhère à France Conso Banque